Débuter son allaitement

Quand vous commencez à allaiter, gardez à l’esprit un mot d’ordre : donner son lait à bébé ne doit pas faire mal !

When you start breastfeeding, keep in mind a word: giving your breastmilk at your baby should not hurt!

mother-2605133_960_720

Tadaaa ! Finalement j’ose vous sortir une série d’articles dédiés à la nutrition et plus précisément sur l’allaitement. Je connaissais l’aspect théorique plutôt bien, mais c’est seulement après l’avoir mis en place avec mon fils que mes connaissances se sont plus ancrées, je ne suis pas une pro et il me reste un nombre important de choses à apprendre. Mais je voulais prendre l’opportunité de partager avec vous mes aventures dans ce voyage de l’allaitement ! Et pour cela, j’ai demandé à une de mes meilleures amies : Gwladys, de m’accompagner dans ces différents articles, elle va d’ailleurs bientôt commencer son propre blog ! J’ai hâte.  

Tadaaa! Finally I dare sharing with you a series of articles dedicated to nutrition and more specifically on breastfeeding. I knew the theoretical aspect well, but it is only after used it for real with my son that my knowledge became more anchored, I am not a pro and I still have a lot of things to learn. But I wanted to take the opportunity to share with you my adventures in this journey of breastfeeding! And for that, I asked one of my best friends: Gwladys, to be with me in these different articles.

IMG_9515

Cassie : J’ai vraiment fait le choix de l’allaitement quand j’ai commencé à étudier la nutrition. J’ai toujours su dans un coin de ma tête que le lait maternel était mieux et plus adapté pour les bébés, mais c’est seulement lorsque j’ai pris le temps d’étudier le sujet que j’ai pris la décision d’allaiter mon fils. Je suis tombée enceinte l’été précédent ma 2e année en bachelor de nutrition, 2e année dans laquelle était mis en avant la femme enceinte, allaitante et l’enfant de 0 à 3 ans. Coïncidence ? Je ne crois pas ! J’ai donc eu 9 mois de grossesse littéralement baigné dans le lait maternel.. Haha ! J’avoue avoir eu peur en lisant certains forums ou articles, ou même en parlant avec les gens autour de moi. J’avais l’impression de lire et d’entendre plus de commentaires négatifs que positifs. J’ai donc choisi de faire confiance à mes livres de cours, à mon instinct et à ma sage-femme. J’ai d’ailleurs eu avec elle un cours de préparation à l’allaitement qui m’a été d’une très grande utilité ! Je conseille donc fortement les cours de préparation à l’accouchement avec une sage-femme 🙂 Pour celles de Montpellier je vous conseille Géraldine COMBES ! Un ange ! (239 place de Thessalie – 34000 MONTPELLIER  0670163457) Elle m’avait expliqué que rapidement après avoir accouché une auxiliaire de puériculture viendrait m’aider àpositionner bébé pour l’aider à téter et donc m’éviter de faire des erreurs.Malheureusement pour moi, le service de maternité s’est retrouvé submergé par un nombre important de femmes prêtent à accoucher et donc l’auxiliaire m’a un peu oublié.. Haha Mais ! Logan qui était en peau à peau contre moi depuis presque une heure à ce moment là, s’est miraculeusement frayé un chemin tout seul pour manger ! Je l’ai un peu soulevé, comme ma sage-femme me l’avait montré quelques semaines auparavant, et il a commencé à téter tout seul. J’ai été soulagé de constater que le processus de lactation s’était déclenché et que mon bébé pouvait manger. Je reconnais qu’il m’a par contre fallu m’accrocher les premières semaines, j’ai été béni de ne pas avoir de crevasses mais j’avais du mal à supporter l’intensité de la succion. J’ai d’ailleurs remarqué rapidement un fort besoin de succion chez Logan et pour soulager ma poitrine nous nous sommes tournés vers une sucette de bébé. Il a rapidement fait la différence entre le sein (manger) et la sucette (pour se calmer). J’ai utilisé la crème Lansinoh à base de lanoline qui m’a été conseillé par ma belle-soeur et qui m’a sauvé la vie ! Je reconnais avoir eu un début d’allaitement trèsfacile. Mon bébé ne présentait aucune difficulté à sucer et s’est même montré très patient avec moi dans les moments où je ne savais pas trop comment faire. J’ai toujours gardé en tête que je pouvais le faire, que mon corps était fait pour et que c’était nécessaire pour la bonne santé de mon fils. L’allaitement n’est pas forcément inné et facile chez toute les femmes, mais il m’a vraiment aidé à prendre mon rôle de maman à coeur.

IMG_9517

Cassie: I really chose breastfeeding when I started studying nutrition. I always knew in a corner of my head that breast milk was better and more suitable for babies, but it was only when I took the time to study the subject that I made the decision to breastfeed myson. I got pregnant the summer before my 2nd year in bachelor of nutrition, 2nd year in which was put forward the pregnant woman, breastfeeding and the child from 0 to 3 years. Coincidence? I don’t think so ! So I had 9 months of pregnancy literally bathed in breast milk .. Haha! I admit being scared by reading some forums or articles, or even talking to people around me. I felt like I read and heard more negative than positive comments. So I chose to trust my class books, my instinct and my midwife. I had with her a breastfeeding preparation course which was very useful to me! I strongly advise the preparation for childbirth classes with a midwife 🙂 For those of Montpellier I advise youGéraldine COMBES! An angel ! (239 Place Thessalie – 34000 MONTPELLIER 0670163457) She explained to me that soon after delivering, a childcare assistant would come to help me position baby to help him eat and to avoid making mistakes. Unfortunately for me, the maternity department found itself overwhelmed by a large number of women ready to give birth and so the auxiliary has forgotten me .. Haha But!Logan, who had been skin-to-skin against me for almost an hour at that time, miraculously pioneered a way alone to eat! I raised him a bit, as my midwife had shown me a few weeks ago, and he started to suck on his own. I was relieved to see that the lactation process had started and my baby could eat. I admit that I had to hang on thefirst weeks, I was blessed to have no crevasses but I could not bear the intensity of suction. I quickly noticed a strong need for sucking for Logan and to relieve my chest we turned to a baby sucker. He quickly made the difference between my breast (eating) and the sucker (to calm down). I used lanolin-based Lansinoh cream that was recommended to me by my sister-in-law and saved my life! I admit having had a very easy breastfeeding start. My baby had no trouble sucking and was very patient with me when I did not know how to do it. I always kept in mind that I could do it, that my body was made for it and that it was necessary for the good health of my son. Breastfeeding is not necessarily innate and easy for all women, but it really helped me take my role as mother at heart.

6b298df5-9dd6-43c2-afea-da31edffc046

Gwladys : Dès que j’ai su que j’étais enceinte, et que j’ai pensé à la manière dont j’allais nourrir Chloé, j’ai tout de suite su que je voulais lui donner le sein. Pour moi, allaiter ma fille était un geste tout à fait naturel. Cependant, j’avais quelques appréhensions. Bien que je ne connaisse pas vraiment le sujet, j’avais peur de ne “pas pouvoir réussir”. Je ne pensais pas que toutes les femmes pouvaient achever ce projet, que cela était à peu près du au hasard, au stress ou encore à l’état dans lequel se sentait la maman.
Ma mère m’a transmis une image positive de l’allaitement maternel étant donné qu’elle m’a allaitée pendant de nombreux mois ainsi que mon petit frère. Mais il y avait toujours dans ma tête cette petite voix, qui me disait d’être prudente et que je n’y parviendrai pas forcément. 
Comme la plupart des mamans, j’ai décidé de suivre des cours de préparation à l’accouchement. C’était un petit peu compliqué pour moi, étant donné que j’ai déménagé à mon huitième mois de grossesse je n’ai donc commencé les cours qu’à partir de ce moment-là. J’ai eu de la chance, car Cassandra était là pour me conseiller ! Elle m’a parlé de sa sage-femme, Géraldine, qui au-delà d’être très gentille et professionnelle proposait des cours individuels. Cela m’a tout de suite plu. Une des leçons que j’ai suivie était à propos de l’allaitement. Elle a su se montrer rassurante et très optimiste ! Elle a balayé mes doutes en me rassurant et en disant que toutes les mamans pouvaient le faire. Quel soulagement ! Elle nous a donc expliqué, que le principal était la première tétée du bébé et que si tout se passait bien, dans la salle d’accouchement il y avait de fortes chances pour que l’allaitement aussi. Elle a insisté sur la position que nous devions avoir et nous a expliqué que cela ne devait pas être traumatisant pour le bébé mais au contraire, une bonne expérience. Ainsi si tout était fait dans les bonnes conditions le bébé aimerait ce moment spécial et l’allaitement serait en route. La tétée de bienvenue s’est très bien passée. Comme Cassandra, j’ai attendu plus d’une heure que la puéricultrice arrive pour me montrer comment faire. Comme elle n’était pas là et que  Chloé n’arrêtait pas de pleurer et que j’étais triste pour elle, je l’ai mise au sein comme Géraldine me l’avait expliqué et tout s’est bien passé. Je me sent reconnaissante car Chloé n’a rencontré aucune difficulté à prendre le sein et a su faire cela instinctivement dès le début. Elle a aujourd’hui trois mois et demi et tout va bien pour elle et pour moi ! Au début, je pensais tirer mon lait pour donner l’occasion au papa de Chloé de participer à ce moment, et puis j’ai changé d’avis je préfère l’allaiter exclusivement au sein. Je ne lui donne pas non plus de tétine parce que j’ai longtemps craint qu’elle fasse une confusion sein/tétine. Parfois lors des pics de croissance de Chloé ou lorsqu’elle est un peu triste elle se met alors à téter plus longtemps et beaucoup plus souvent que d’habitude ! Mais ce n’est pas grave je suis maman à plein temps parce que je l’ai choisi et je pense que cela fait partie de mon engagement envers elle ! Je suis très heureuse de la tournure que notre allaitement prend et j’espère pouvoir le faire encore longtemps ! J’ai fait le choix d’allaiter à la demande, ce qui parfois je le reconnais, peut-être un peu plus contraignant. Mais cela ne me dérange pas et je suis heureuse de le faire.

ececd3c9-7e48-486c-845e-02c6532c8a67

Gwladys : As soon as I knew I was pregnant, and that I thought of how I was going to feed Chloe, I knew immediately that I wanted to start breastfeeding. For me, breastfeeding my daughter was a natural gesture. However, I had some apprehensions. Although I do not really know the subject, I was afraid of “not being able to succeed”. I did not think that all the women could complete this project, that it was about the chance, the stress or the state in which the mother felt. My mother gave me a positive image of breastfeeding as she breastfed me for many months as well as my little brother. But there was always in my head this little voice, which told me to be careful and that I will not necessarily succeed. Like most moms, I decided to take childbirth classes. It was a little complicated for me, since I moved to my eighth month of pregnancy, I started classes only from that time. I was lucky because Cassandra was there to advise me! She told me about her midwife, Géraldine, who, beyond being very kind and professional, offered individual lessons. It immediately pleased me. One of the lessons I followed was about breastfeeding. She was so reassuring and very optimistic! She swept away my doubts reassuring me and saying that all moms could do it. What a relief ! She explained to us that the main thing was the baby’s first feeding and that if everything went well, there was a good chance that breastfeeding would also be good. She insisted on the position we should have and explained that it should not be traumatic for the baby but on the contrary, a good experience. So if everything was done in the right conditions the baby would like this special moment and breastfeeding would be on the way. The welcome breastfeed went very well. Like Cassandra, I waited more than an hour for the nursery nurse to show me how to do it. As she was not there and Chloe kept crying and I was sad for her, I put her in the breast as Geraldine had explained to me and everything went well. I feel grateful because Chloe did not have any difficulty in taking the breast and knew how to do it instinctively from the beginning. She is now three and a half months old and everything is fine for her and me! At first, I was thinking about drawing my milk to give Chloe’s dad an opportunity to participate at this time, and then I changed my mind I prefer to breastfeed exclusively. I do not give him a pacifier either because I have long feared that it makes a confusion breast / pacifier. Sometimes when Chloe’s growth peaks or when she is a bit sad she starts sucking longer and much more often than usual! But it does not matter I’m a full-time mom because I chose her and I think that’s part of my commitment to her! I am very happy with the way our breastfeeding takes and I hope I can do it for a long time! I made the choice to breastfeed on demand, which I sometimes recognize, can be a little more restrictive. But that does not bother me and I’m happy to do it.

Follow:
Share:

3 Comments

  1. September 29, 2018 / 9:44 pm

    Vos bébés ont de la chance que vous ayez consenti à leur apporter ce qu’il y a de plus doux et de plus rassurant en terme d’alimentation. Ceci dit, le biberon donné avec amour vaut mieux que le sein à contrecœur 😉

    • September 29, 2018 / 9:46 pm

      Je suis tout à fait d’accord avec toi ! 😊

      • September 29, 2018 / 9:51 pm

        Ton bébé est très mignon, merci de t’être abonnée 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Instagram